<- CNRS 4, p. 303

CNRS 4, p. 304

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 305 Index des Cahiers




$

 

Moi, écrivain, je ne trouve bonnes que les phrases et expressions satisfaisantes à telle condition.

Je suis donc réductible à cette condition ou groupe de conditions – Et toi, critique, si tu les déchiffres, tu auras fait ton œuvre : tu auras, par là, su lire l’essentiel de ma pensée –

Car mes pensées, une à une, ne sont qu’accidents et ce qui me fait, me conserve – c’est que j’admets celle-ci – et je rejette celle-là – j’emprunte telle et je développe telle autre – et, encore plus profondément – je m’aperçois de telle et je ne vois même pas telle autre

Ce sont ces règles, les unes implicites, les autres voulues qui sont ma propre définition – Mais les voulues dépendent en quelque façon des implicites –

Si je veux par exemple, que toutes mes phrases soient ou semblent très précises, analogues à des formules d’opérations – c’est que je veux rejeter – ne pas avoir l’air d’avoir engendré – des phrases qui me donnent l’impression de facilité, de sans valeur, de déjà fait, de hasard - - de n’importe qui percevant n’importe quoi – (réalisme)

 

*

 

Le labeur mathématique tend à faire passer de l’inconscient au conscient, des relations – surtout celles qui se conservent

 

*

 

La tête tient sur l’homme comme la vergue au mât





Date de création : 20-04-2003