<- CNRS 4, p. 292

CNRS 4, p. 293

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 294 Index des Cahiers



$

 

Tableau mental.

D’abord l’équilibre statistique de la conscience et sa condition dont le sentiment obscur est la veille même – Toujours quelque chose – Toujours quelque changement – Ni vide ni immobilité ( Toujours pleine, non toujours nette -)

Puis les opérations qui sont indépendantes de ce tableau mais à lui rapportées et il y a constamment mélange, confusion, pourquoi ce tableau est influencé par un être extérieur à lui, aux bras, aux yeux virtuels – qui s’en détache parfois, s’y attache – s’y fond, s’en distingue s’y oppose et sans lequel le tableau n’est que de parties – n’est qu’incohérence – par lequel il n’est pas d’incohérence pas d’étonnement (de passer d’ici là ni de la veille au sommeil). Le changement de la pensée n’a jamais lieu par les objets qui y sont contenus – Sans doute il suffit de penser à A pour penser à B – Mais ce n’est pas A qui détermine le changement c’est le penser à A.

 

*

 

Les changements de point de vue comprennent [ ? ] des discontinuités et des continuités autres. Homogène et hétérogène grossissement.

 

*

 

Ombre spirituelle de maigres arbres.




Date de création : 20-04-2003