<- CNRS 4, p. 287

CNRS 4, p. 288

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 289 Index des Cahiers



$

 

Enfants – trop de mots ou pas assez

 

*

 

Un homme habitué à la « méditation » c’est-à-dire à la manœuvre intérieure méthodique – et à sortir du « roman » de la fausse réalité représentée, périodiquement, par sa manœuvre, reprise, consciente ; par l’ordre supérieur de ses mouvements intérieurs, -------- que de choses lui paraissent fades, vaines, inutiles ! je parle de ces choses qui se réduisent à des peintures sur l’esprit = qui prennent la valeur qu’on veut et par suite nulle – Sa méditation lui fait voir automatiquement cette nullité –

 

*

 

Si je puis faire ou ne pas faire A, A peut indifféremment être A ou Q = o

 

*

 

Energie potentielle Energie actuelle

Une certaine alimentation, une action lente - - modifie la 1ère

La seconde sera déchaînée par des phénomènes. Et de plus si ces phénomènes déchaînent A, B – C et si A B C (dans cet ordre) sont images de sensation (situées à des seuils ) – alors A B C donnera l’acte que ces seuils ponctuent.

 

  Tout ce qui est contient quelque chose qui peut d’autre part être affecté par telles variations

  X Ainsi prenons le vieux cas de l’endormement. Je pense A – là dessus vient l’assoupissement –

  Mais A n’est que s’il comporte une certaine variable qui est affectée par l’assoupissement

  Dans l’attention il en est de même – Ce qu’il faut saisir c’est cette variable ou ces variables qui ne se dédoublent point et suivent une marche unique et par lesquelles

  ) Si cette variable suit une loi donnée - j(x) – elle a d’autre part des fonctions incompatibles, successives

  Elle donne une condition à laquelle conscience, images dépendances secondes etc. doivent se rendre.




Date de création : 20-04-2003