<- CNRS 4, p. 284

CNRS 4, p. 285

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 286 Index des Cahiers



$

 

L’être qui fait et trouve les choses vraiment intéressantes n’est pas l’être qui fait le livre et y met ces choses mais mêlées à d’autres – à des impuretés – à des choses non digérées

J’ai pensé à ne mettre que les résultats du 1er être dans un écrit – mais je me suis arrêté en route, et je puis sur mon manuscrit marquer ce qui vient de l’un et ce qui vient de l’autre –

L’inventeur vrai et l’autre (l’homme) sont comme appliqués l’un sur l’autre. Le 1er voit les relations, ses images sont relations, il ne voit jamais très précisément les objets ordinaires – mais des objets à lui –

..Il voit d’un coup des identités – (chance 1/n Pourquoi ? pourquoi le génie est chance – indépendance de ses facteurs) . Le génie est sensibilité particulière des mouvements et changements libres totaux du cerveau – c’est un sens et cette sensibilité est utile

) - Donc une sorte de hiérarchie de transformations constituerait les degrés mentaux et cette hiérarchie de libertés (au sens mécanique) ou facilités A correspondrait une hiérarchie ou de seuils de sensibilités – (au sens photographique). Cette seconde hiérarchie serait la conscience – et ses degrés.

L’accommodation interne serait la loi de correspondance –

Exemple le plus simple l’exclusion j + y

Telle phase = je deviens sensible à tel groupe ou plutôt telle sensibilité se fait quant à – ou

E

 

H’   = C

 

H

Et la Mémoire ? –

Le rêve est devenir sensible uniquement au désordre et l’ordonner vainement – non –

Rêve – degré de sensibilité

 

 

Dépendance et indépendance de 2 hiérarchies –

 

                                                      H

                                        Grande liberté -   grande sensibilité

comparaison                               d °             petite sensibilité

 

Satisfaire à conditions données – comment ? par immobilisation, alors le mécanisme ne peut jouer entièrement.




Date de création : 20-04-2003