<- CNRS 4, p. 283

CNRS 4, p. 284

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 285 Index des Cahiers



$

 

Concevons un équilibre, une chaîne, un assemblage

Soient a b g d .. les corps composants

Il y a des changements, et l’équilibre se conserve

Si tel changement détruit l’équilibre – on l’attribuera à l’un des corps qui sera le Moi – On aura alors sommeil

)) « une voûte ne doit jamais » -

Les changements de conscience sont des déplacements de l’équilibre. Il faudra « à chaque instant » que telles conditions (produits) soient satisfaites pour qu’il y ait conscience, veille –

Parmi ces conditions – limitation de l’objet – plénitude – cloisonnement – indépendance du Regard ou si dépendance cette dépendance doit être liée à des actes

 

*

 

Génie est chance par indépendance de ses facteurs. Or ce coup est aussi un seuil – c’est-à-dire une discontinuité interne. Donc il y a des seuils réguliers, (normaux) – et d’autres chanceux. Mais les réguliers sont chanceux anormalement ainsi éjaculation chez impuissants ainsi mémoire chez paramnésiques.

 

Mémoire – est changement spontané et continu

Spontanéité dans un sens

Travail dans l’autre sens




Date de création : 20-04-2003