<- CNRS 4, p. 281

CNRS 4, p. 282

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 283 Index des Cahiers



$

 

Je crois que les obscurités, les incertitudes d’analyse ou de fabrication dans l’art dans la poésie etc. se réfèrent pour la plupart à ceci que toute œuvre de ce genre est comme une fonction de plusieurs variables indépendantes et que l’effet résultant ne peut en général être calculé qu’approximativement tandis qu’il est obtenu directement et complètement dans certains cas par voie intuitive ou automatique – selon un mécanisme trop complexe pour la conscience ou étranger à ses moyens.

Et peut-être que l’opposition utile entre raison et sentiment et imagination etc. ne confronte que ce qui a pu être exprimé par des relations uniformes et des objets plus complexes – qui n’ont pu être ramenés à ce type –

Et la célèbre phrase de Pascal se traduirait alors ainsi :

Nous ne pouvons penser clairement et nettement que ce qui a pu recevoir une notation uniforme et dont les termes sont rationnellement exprimables les uns par les autres par des relations simples – Or nous agissons sans égard (en général) à cette limitation – Nous agissons et décidons sous l’influence de facteurs multiples non réduits parfois inexprimables, sous forme de produits égaux – (qui dépeint la simultanéité brute des composants).

Rythme.

 

*

 

Visions, rêves sont fonctions du regard et d’accidents ; qui se développent dans une espèce de milieu saturé de souvenirs et de signes. Je réussis souvent à reprendre une vision vers le sommeil ou l’éveil, à la retrouver assez objective, en reprenant une attitude oculaire faciale, -




Date de création : 21-04-2003