<- CNRS 3, p. 301

CNRS 3, p. 302

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 303 Index des Cahiers

$

Peut-on former des propositions générales en psychologie?

*

On ne peut juger les gens que dans les actes indifférents.

La liberté est altérée par les conséquences qu'on imagine pour l'acte.

*

La mémoire est entièrement irrationnelle

*

Le potentiel, - en quoi nous est-il connu? Quel est le phénomène dont nous le tirons? On ne peut imaginer une action sans réaction, ou sans effet - Mais nous avons l'idée, cependant, d'une pression équilibrée ou d'un effort statique.

Nous avons des sensations particulières qui correspondent à l'immobilité difficile, - à l'état d'un muscle qui demeure contracté et nous savons que le poids lui-même qui est sous-tendu par le muscle - excite le muscle - il y a sensation de force sans mouvement.

L'idée de puissance (potentiel) vient aussi de la continuité entre un effort et l'idée d'un effort - La notion directe (non visuelle mais musculaire et motrice) d'un mouvement ne diffère du mouvement réel que par une sorte de grandeur. Mais cette grandeur peut être ou de la nature d'une volonté - c'est-à-dire localisée en moi, voisine de représentations - ou de la nature d'une résistance extérieure.

Exemples divers - bras tendu - pression contre un obstacle fixe - préparation à agir - se retenir d'agir -

Dans tous ces cas la dette est exigible - Il y a eu des transformations cachées.

Il y a 2 manières d'imaginer un corps immobile - l'une - en équilibre - l'autre hors des forces.

 

Bref - c'est l'accord - de l'effort et de l'immobilité

effort musculaire et rien de moteur - Coïncidence de l'effort et du zéro de déplacement - Mais l'effort peut être dans p systèmes différents et le déplacement dans q autres.


Date de création : 20-04-2003