<- CNRS 4, p. 242

CNRS 4, p. 243

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 244 Index des Cahiers

$

Figure-toi l'encéphale mouvant dans son eau et pensant, imaginant.

Songe alors que telle idée abstraite ou non relative à l'espace, parfois ne peut se fixer - ne peut être atteinte ou envisagée, ou maintenue - et sans métaphore.

*

              Et qui sait si les 2 cerveaux ne croisent pas leurs effets? ou ne les superposent comme les 2 yeux les images?

*

FORMES juridiques.

*

Si l'on pousse la conscience un peu trop loin - des conséquences graves peuvent s'ensuivre.

En effet - c'est retarder tout fonctionnement intérieur - et par exemple, les souvenirs deviendront lents et avorteront souvent - la mémoire sera vague et impuissante puisqu'on aura visé à en percevoir la génération [[ . Aj. sup.: la poussée ]] et au lieu d'avoir le souvenir cherché, nécessaire - ou aura des perceptions intéressantes mais assez inutiles et on manquera du nécessaire.


Date de création : 21-04-2003