<- CNRS 3, p. 297

CNRS 3, p. 298

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 299 Index des Cahiers

 

£

 

Pour pouvoir construire une relation irrationnelle durable, mobilisable il faut et il suffit que le second terme c'est-à-dire le but du signe - le sens, puisse être uniformément excité par le 1er (le signe) et réciproquement. - Le signe se distingue du sens - en ce que le 1er est une coordination à variance nulle et le second, un domaine.

L'unité (mentale) est la qualité de ce, qui - quelle que soit sa diversité propre - est excitable totalement (soit simultanément soit par une succession continue et rationnelle) par une excitation quelconque - une fois donnée - Le domaine d'une telle unité peut être parcouru rationnellement.

...Or je pense que ce n'est pas tout l'être qui peut être excité directement par un "choc" mais une certaine partie.

*

Un éclair fait paraître - mouvement intérieurs, tracés, suspension de pensée - clignement et éblouissement des yeux - métaphores diverses. Ces choses sont incohérentes entre elles, distinctes - Cet objet est un groupe irrationnel - mais il y a une unité - une coordination centripète qui est le simultané - l'ordre arbitraire de succession immédiate.

Tous ces réflexes sont attribués à la même excitation - c'est-à-dire au )) même moment et non au même objet (( et à la même phase de la connaissance.

 

*

Réel - chaud - Prendre l'image pour l'objet - le souvenir pour présent.

 

*

Subdivision utile de la connaissance - Figures les plus générales à construire - et qu'on doit retrouver toujours -

Il suffit d'analyser le langage des philosophes - on peut concevoir ou non.


Date de création : 20-04-2003