<- CNRS 4, p. 226-227

CNRS 4, p. 227-228

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 229 Index des Cahiers

$

Philosopher c'est mettre ou chercher l'ordre - un ordre uniforme, des toutes les choses possibles - Chercher le point de vue d'un tel ordre - et par conséquence, chercher à classer tous les points de vue - Le point des vue des points de vue - or les choses donnent les points de vue mais ne les définissent pas - Ils sont définissables par une coordination - dont les éléments sont énumérables - Ils sont en nombre bien moindre que celui des choses.

Chercher à voir son point de vue - La plus grande généralité réelle et la particularité même.

*

L'infini ressemble à la compréhension - Le fini à l'extension -

l'ensemble infini est celui pour lequel l'opération E + 1 n'a point de sens.

On peut faire correspondre - l'indépendance de l'idée E et de l'idée 1 avec celle de l'élément et de l'opération.

*

La ligne droite nous importe autant que le corps solide que le nombre entier - que le ton-unité - que la dimension du temps ...

Nous ramenons tout à ces types - d'un seul tenant, qui se réduisent à un minimum de données, qui sont indécomposables - qui nous assurent des correspondances uniformes.

Le langage seul permet de distinguer un couple de points d'avec une droite [[ . Var. sup.: direction ]].

Une droite est un acte.

Mais comment avons-nous l'idée de deux points? La dualité dans le point - c'est cela qui est la distance.


Date de création : 21-04-2003