<- CNRS 4, p. 223

CNRS 4, p. 224

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 225 Index des Cahiers

$

Symbolisme - langage poétique aussi différent de l'ordinaire comme système que le chinois du latin - Mais il emprunte les formes de l'ordinaire - Poésie = un chinois d'origine individuelle et spontanée. Le langage de l'émotion se fait sous le coup des émotions mais il peut être une fois indiqué, retracé par système - et généralisé -

C'est un langage qui tend à imiter -- -- Rhétorique -

Ce ne sont pas des propositions - pas plus que musique ne l'est -

Métaphores c'est-à-dire dictionnaire variable et individuel.

De même que le poète lutte contre le son ou le nombre ou contre le sens - il lutte contre la poétique ou contre la logique - contre la forme proposition - ou contre le désordonné, le continu, l'inarticulé - soit qu'il veuille dire précisément quelque chose, ou qu'il veuille produire telle impression - Et il y a des bonheurs - hors desquels le plat ou l'obscur -

Ce système linguistique - serait à mettre au jour.

On y est conduit souvent par l'intensification - -

Cette langue poétique - n'a pas de mots propres quoiqu'elle tende parfois à s'en faire (or, (en 1890) coursier (en 1800) - etc. -) - Elle emprunte ses mots d'une autre langue. Elle n'a pas de formes propres - Mais mots et formes empruntés, elle les combine - suivant des règles particulières.

Le langage ordinaire ne s'occupe jamais des relations entre les sens des mots -

La logique s'occupe des relations d'extension.

Les sciences - des relations particulières.

Le chinois poétique s'occupe lui, des relations en général en tant qu'excitantes. Il les découvre par l'intensité et la vitesse ou l'élan - qui lui fait dépasser chaque objet particulier - Voilà pourquoi l'intensité est poétique.

[Chaque homme se fait son langage - (Mystiques etc.)

Chaque classe d'hommes - tempéraments -

Le langage commun est une fiction académique - sociabilité -


Date de création : 21-04-2003