<- CNRS 3, p. 294

CNRS 3, p. 295

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 296 Index des Cahiers

$

Les êtres frustes ne pensent que lorsqu'ils sont embarrassés ou malades.

 

*

Il y a des choses telles que leur expression par le langage nécessite <une> contradiction - d'autres nécessitent des pétitions de principe - Il ne faut s'en prendre qu'au langage - soit tel qu'il est fait, soit dans son principe même - En effet il est remarquable que nulle erreur logique - de ce genre ne soit possible si l'on [se] sert de figures ou de tout mode rationnel analogue.

La contradiction est possible par l'indépendance des termes employés dans la proposition. Indépendance qui est d'ailleurs la vertu et la marque même du langage irrationnel -

Le fondement de la logique - est incompréhensible et la logique n'est rien si on ne comprend pas qu'elle est seulement la loi des notations irrationnelles.

Ainsi la proposition, et le principe d'identité reviennent aux 2 règles suivantes: 1) Si à une chose est attribuée une notation il faut que cette relation soit permanente et uniforme X  2) L'attribut ne transforme pas le sujet. Sinon ce serait violer la 1ère règle puisque le sujet et l'attribut seraient 2 notations de la même chose - Il faut que "A est A" soit compatible avec "A est B". Donc il faut que A et B ne se substituent pas.

X Si on veut que le signe serve du sens (dans la mesure utile) il faut qu'il soit unique comme le sens - Le principe d'identité est l'institution de la convention, hors de quoi il n'a aucun sens.

-----

Si une valeur de R est coordonnée à un fait A.

Si une autre valeur de R  - - ---       -----     A.

Les valeurs intermédiaires sont aussi excitées par A et excitent A. Exemple: éducation des mots -


Date de création : 20-04-2003