<- CNRS 4, p. 191

CNRS 4, p. 191-192

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 192-193 Index des Cahiers

$

Deux manières de lire.

L'une qui réalise directement ce qui est écrit comme si le lecteur le pensait.

L'autre qui n'oublie pas un auteur et les circonstances de l'auteur - L'art d'écrire a donc consisté - d'abord à imposer le premier mode - plus tard, quand cet hypnotisme est devenu déjoué - à prévoir le second mode et à tromper non sur la chose tant que sur l'auteur.même et ne laisse rien à imaginer sur lui-même. Du moins il le tente.

Le sommeil est une altération de l'acte.

*

Nous croyons voir distinctement, entièrement, tenir dans notre idée tel phénomène - Mais ne pouvons jamais être sûrs de sa limitation - C'est dans elle que gît l'arbitraire; et dans elle notre force de préhension, notre certitude, notre solidité réciproque - c'est-à-dire la détermination simultanée (finale) d'elle par nous et de nous par elle (comme un ensemble de points (contour) entre deux régions). Certitude, évidence dépendent aveuglément de cette circonscription peu apparente. Ce sont des états qui naissent d'elle - et elle, des habitudes, du hasard, du besoin même de ces états - J'ai besoin de clarté, de solidité - je les fais par mon attention, en d'adaptant étroitement à l'objet, mais par cette volonté l'objet se rend adaptable - se restreint, se défigure, caricature, oeuvre d'art; Adieu, justice!


Date de création : 20-04-2003