<- CNRS 4, p. 189

CNRS 4, p. 190

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 191 Index des Cahiers

$

Si l'homme parle, si j'entends quelque orateur, la parole me parle toujours moins que, lenteur, hésitations, changements de vitesse dans le cours, déceptions, prévisions - tout ce hasard du discours et tout ce règlement de l'homme vrai, tous ces tâtonnements autour du net, et ces tourments pour satisfaire sans l'exprimer, le vrai moteur qui jamais n'est montrable.

*

Pensée, coordination d'objets étrangers, ou peut-être, au contraire, - pour qu'elle soit consciente - division de quelque chose entre des fonctions irréductibles.

*

L'idée d'exprimer par une unité par une seule phrase - par un entier, une suite réelle - [c'est ce que fait le langage de conversation avec ses parenthèses, ses temps, etc.] - de montrer que la contradiction elle-même entre dans une unité de degré supérieur, est une étape. Idée d'origine musicale qui doit forcément venir si l'on essaye de transposer une musique en langage.

*

Le Moi est un ordre - un classement -

*

Ecrire, c'est engendrer [[ . Aj. sup.: engendre ]] un homme factice, celui qui ne pense ni ne dit tout, qui n'émet que le meilleur, et par ce choix est pareil à un automate - dont la période mécanique s'appelle style. A cette machine parfaite je donne mon nom et passe pour elle.

*

Un "penseur" est un homme retourné comme un gant et qui se revêt de sa profondeur et cache sa superficie.

 

V = C + 2 -   = C + 1

   = 1


Date de création : 20-04-2003