<- CNRS 4, p. 183

CNRS 4, p. 184

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 185 Index des Cahiers

$

L'induction consiste à découvrir dans un sujet (donné d'abord comme entité ou unité) un attribut (ou plutôt un sujet secondaire capable d'un certain attribut) qui se puisse concevoir indépendamment des autres qualités du sujet primitif.

*

Un livre ou poème est avant tout - quelque chose qui n'a aucun sens - aucun sujet. Mais une évolution, une distribution d'effets - Un commencement et une fin, contacts inverses.

...Cela commence comme une surprise ou comme un sommeil qui tiendra des rêves - ou encore comme une continuation feinte.

La "conscience" chez un auteur n'est au fond que la considération d'un lecteur imaginaire, telle qu'il y ait accommodation entre auteur, ouvrage et ce lecteur.

Et il suffit pour étudier un auteur de déterminer ce lecteur et de traiter l'oeuvre comme un problème d'accommodation.

*

Plusieurs manières de s'endormir et de se réveiller.XXX

*

Esquisse - d'un de ces sommeils qui viennent à la suite de la pensée.

On pense - on veille - on se couche - on s'enténèbre - on pense, on agite ce qu'on venait d'agiter - on le quitte, on y revient mais secrètement les conditions formelles changent. Tel détail de la pensée organisée, s'accroche, s'exagère - on oublie la direction de la pensée on confond ses moyens, sa hiérarchie - on pense philosophie et on s'empêtre au son phie on le répète - on va par calembours mais ce sont des calembours d'images - de sentiments - de transformations homologiques, carrefours, retours.

*

Quod ubique, quod semper,

quod ab omnibus - ce qui a

été cru de la sorte - c'est

que nous ignorons ce qu'il

faudrait croire.


Date de création : 20-04-2003