<- CNRS 4, p. 179

CNRS 4, p. 180

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 181 Index des Cahiers

$

La conscience est incohérente mais non la connaissance.

*

" - Eh bien! fais en autant!"

Admirer - éreinter - c'est en faire et n'en pas faire autant, à la fois par un procédé virtuel -

Admirer = avoir envie de pouvoir en faire autant - quand même ou ne tiendrait pas à exercer ce pouvoir si on l'avait.

*

"Par conséquence" - former aussi: par antécédence.

*

S'il y a des corps élastiques c'est que dans ces corps la transformation du travail en chaleur rencontre des difficultés - Il y a une sorte d'isolement des parties, tel que la transmission de mouvements vibratoires du corps à l'éther ne se fait pas - Les différences des vitesses des molécules entre elles ne se conservent pas - et ces vitesses redeviennent égales et changent de sens..

Le mouvement ordinaire  - d'un corps semble ne pas affecter l'éther. C'est le mouvement relatif des parties - quand il est assez fréquent - qui se transmet l'intermédiaire - choc ou frottement c'est-à-dire différence de vitesses des molécules.

Donc la cohésion joue un rôle - (Il faut admettre que les molécules gazeuses sont déformables.)

*

C'est une croyance invincible que celle d'une cause de mouvement et d'une absence de cause pour le repos parce que si je me meus c'est presque toujours ensuite d'un événement appréciable et distinct du mouvement même. Il en résulte que l'immobilité consciente et voulue doit se considérer comme une sorte de mouvement.

Rien d'inconscient ne retient un départ inconscient - (un commencement). Rien de conscient ne déchaîne directement un dépens inconscient (?)

Il faut passer par l'intermédiaire des sens.


Date de création : 20-04-2003