<- CNRS 4, p. 178

CNRS 4, p. 179

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 180 Index des Cahiers

$

Je regarde le ciel où trois espèces de nuages les unes se meuvent et la plus haute s'arrête - comme une vaste dissolution encore troublée par les courants. Chaque vitesse entraîne une forme de nues.

*

Cette vague inerte aussi bien mue qu'abandonnée.

*

Le "devoir" de chercher le dieu. Pas dans les traditions verbales. Pas dans les combinaisons et [[ . Rat: visions ]] intuitions métaphysiques. Mais sentir qu'une relation plus cachée que le moi-même - qui coule dans l'eau entre les doigts, fuit sans cesse et demeure - comme l'eau dans les mains qui se forme sous la mer.

Cela est aussi une tradition car je suis tradition - mais inexprimable.

*

Caractères rigoureux -             Moyennes

etc. Habitudes |Phase etc.   Sexe - | Age etc. -

*

Pour isoler une partie d'une espèce à m dimensions- il faut m + 1 figures planes à m - 1 dimensions. Une figure fermée continue correspond donc à m + 1 figures planes à m  dimensions.

*

Soleil

| L'espèce | où s'élève, se tient à l'écart - - | la masse unique du soleil | seul et trop fort incommensurable | invisible | région tache invisible | destructeur feu | coeurd'ombre; torpille dans le ciel dormante, | brusque infini | contact du plus haut degré de moi et de lui | Il est toujours là mais on ne le regarde jamais. On ne peut pas, sans le vouloir et le voir se brûle. Ce n'est que par distraction qu'on le regarde - par erreur. On est accoutumé non à le voir mais à ne le pas voir.

Puis vint l'heure de la paupière occidentale, des sombres sommeils accumulés et des ultimes cils distincts.


Date de création : 20-04-2003