<- CNRS 4, p. 164

CNRS 4, p. 165

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 166 Index des Cahiers

$

Lorsqu'une nation est troublée, se désorganise sur elle-même - mettez-la le plus tôt dans l'état où d'elle-même elle s'organiserait - ôtez tout ce qui s'oppose à la réorganisation naturelle, les lois qui supposent une régulation déjà obtenue. Mettez toute la force du côté des besoins renaissants. Obligez-la surtout à sentir la nécessité de l'ordre et du classement - obligez-la à les produire et renforcez ces lignes naissantes. Demandez-vous? De quoi vivent les révolutionnaires? La misère commence et finit les révolutions. Les autres révolutions n'ont pas de profondeur. 1830 n'est qu'un changement de cuisinière.

*

Quand je dis Charlemagne fut avant Napoléon, en réalité je les vois dans l'espace.

Pour apprécier réellement le temps, on ne peut considérer que des environs du présent ou une activité actuelle immédiate et continue en un certain sens.

*

Le contenu de la pensée = la Mémoire - la réalisation - les évolutions - actes.

Cf. la relation entre ce que je vois et le mouvement de l'oeil.

*

Un corps est chargé lorsqu'il rend plus qu'il ne semble avoir et s'il est au repos apparent, lorsqu'il rend plus qu'on ne lui donne.

Exemple: Toupie.

*

Le ciel, l'ensemble d'étoiles est plus simple d'apparence qu'un phénomène proche, c'est un gaz raréfié. Les trajectoires.

*

Une proposition générale, un concept de même, sont des états provisoires.


Date de création : 20-04-2003