<- CNRS 4, p. 159

CNRS 4, p. 160

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 161 Index des Cahiers

$

Continuité.

Je m'endors - c'est-à-dire qu'un bruit soudain me tire d'un certain état [[ 3. Rat.: procédé 4. Aj. sup.: immobilité ]] et que cet état (d'où je suis tiré et où je tends à me replacer - que du moins je reprends comme avec un organe de préhension, c'est-à-dire avec une conscience plus grande que lui - -) cet état se lie continûment, insensiblement à l'état primitif et stable de veille duquel le bruit soudain ne m'aurait pas déplacé.

*

La notion d'"accident heureux".

*

Pour la conscience, pas de choses identiques - tout par différences, tout par actes successifs, s'annulant à mesure les uns les autres et le jugement A = B ne fait que s'ajouter comme un troisième événement aux événements A et B.

 

Les événements successifs se détruisent maintenant et se conservent pour demain.

Et on ne peut rien détruire dans la mémoire sans détruire la propriété même.

Si je détruis physiquement un objet je ne détruis pas son image, son retour.

Et toute relation que j'institue entre objets ne change pas leur relation primitive - mais s'ajoute sur la liste - --

                                                


Date de création : 20-04-2003