<- CNRS 4, p. 156

CNRS 4, p. 157

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 158 Index des Cahiers

$

Ce que nous avons et sentons de plus profond - ne diffère pas de toute sensation. Tout est ectoderme, superficiel.

*

µ Il ouvre la porte, me regarde. Il croit ne pas être vu, n'avoir fait aucun bruit. Mais moi je le sens là, je ne bouge pas, je me laisse surveiller, mais c'est moi qui l'observe, et mon dos immobile ne le quitte pas.

*

Le hasard est ce qui ne peut être conçu comme pouvant se répéter indéfiniment et régulièrement.

*

Dans le sommeil venant, se distingue parfois dans la pénombre la lutte entre l'idée et l'X qui fait dormir ou veiller. Il y a des alternatives.  Ceci est impossible à peindre -- Des monstruosités -! Cette proposition: Je veux dormir, il faut dormir, m'empêchant de dormir.  Cette volonté qui doit cesser pour être accomplie et qui fait que je me réveille pour l'affirmer et la renforcer tandis que je commençais à l'accomplir (comme si pour courir, il fallait se laisser choir...).

La volonté de dormir ne fait que m'éveiller.

*

La volonté est une articulation. Le mouvement volontaire peut se nommer mouvement articulé.


Date de création : 20-04-2003