<- CNRS 4, p. 150

CNRS 4, p. 151

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 152-153 Index des Cahiers

$

La psychologie a été commencée en des temps où la croyance à l'esprit était universelle.  On a songé alors à une science de l'esprit c'est-à-dire de tous les phénomènes que l'on ne sait pas classer avec les phénomènes physiques (lesquels sont tous ceux qui peuvent être ordonnés continûment dans l'espace - et le temps).

*

L'éducation se ramène aux formules suivantes

  1) Il y a des fonctions (filets nerveux, centres) telles que si 2 ou n sont excitées simultanément, il en résulte 1 seule impression.

  2) Il y a des fonctions telles que si l'une est excitée les autres le sont et donnent une pluralité d'impressions.

L'éducation consiste à transformer des correspondances 1 à 1 en correspondance m à 1 et 1 à m.

Compare l'adaptation qui fait 1 à 1.

*

Dans la mémoire il y a avant tout ces correspondances.

*

Nos yeux, deux petits organes placés sur un point du corps font plus de ... tapage à eux seuls que toute la peau - (en temps normal).

*

Ne dites pas: ordre chronologique - mais désordre chronologique.

*

La non régression continue de la mémoire en général tient à la non divisibilité de cette mémoire en éléments identiques à ceux qu'on trouverait en divisant la même suite pris en sens direct.

Si 2 suites dont l'une est réciproque de l'autre (A - P) (P - A) ne se réduisent pas en éléments identiques chacun à chacun ou du moins identifiables - il n'y a pas régression continue.

D'ailleurs le souvenir s'effectuant sans opérations, il faut même exclure les suites artificiellement divisibles et retournables par éléments au moyen d'opérations.


Date de création : 20-04-2003