<- CNRS 4, p. 148

CNRS 4, p. 149

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 150 Index des Cahiers

$

Même dans une sorte de morale, le moi s'oppose - doit s'opposer à la personnalité. Il y a deux égoïsmes - dont l'un aime ce que l'autre méprise.  Cf. la distinction vanité-orgueil. L'égoïsme bas est imitateur - simulateur, il peut être satisfait. Et il peut être satisfait par les choses et par les gens, par les hommages et les concessions accordées au nom. Il considère les autres "Moi" comme rivaux, comme de même nature que lui et devant être utilisés. Tandis que le grand égoïsme considère les autres comme devant être englobés, compris en lui, moins étendus, prévus et contenus en lui, jusqu'à ce qu'il soit le seul Moi, le Moi par excellence, le lumineux - celui qui n'est pas représentable par un homme, par un nom, par une histoire - tandis que tous les autres le seraient; et seraient comme finis dans son infini.

Et cet égoïsme-là, instinct inséparable de la connaissance qui par sa nature, rend ma chair égale de ta chair et regarde ma personne comme elle fait la tienne, n'est pas moins capable de violence et de despotisme que l'autre.

*

Style - Ecriture.

On peut suivre de 1850 à ce jour, chez la suite des écrivains "artistes", la naïve évolution du choix des mots. Chaque type successif d'écrivain refusant le mot qui vient, l'ordinaire, passant d'abord à telle première manière - exagération - limites - retour.

*

Les contradictoires ne sont pas identiques - mais forment des groupes.

Toute affirmation est partie d'un système.


Date de création : 20-04-2003