<- CNRS 4, p. 146

CNRS 4, p. 147

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 148 Index des Cahiers

$

La réalité dans tels emplois du mot est ce qui ne dépend pas du point de vue.

Mais plus puissante que le point de vue se trouve la phase qui est comme le point de vue étendu à tout l'être --

Ainsi rêve et ivresse, sont plus que des points de vue. Ils peuvent d'ailleurs contenir des relations multiformes qui excluent le point de vue.

*

Une plante ne pousse pas. Une poussée intérieure en des millions d'éléments - osmotique - gonfle et s'accompagne de prolifération.

Mais les forces dans ces corps organisés sont traduites à chaque instant en rangements cellulaires.  L'équilibre se fait par l'intermédiaire de l'organisation, et non comme dans la mécanique grossière, malgré elle.

*

Le style devrait être l'aspect de l'empreinte de l'acte. L'acte est regardé comme original, unique, en raison des circonstances infiniment variées possibles.

*

Le fond des dogmes est insignifiant, donc sans importance. Les dogmes valent comme symboles-signes tout puissants d'une attitude de volonté d'obéissance - de fixité de soumission - de dépassement ferme de toute hésitation, dubitation.

Le Credo est l'affirmation de la confiance que je place en moi de ne pas discuter - de ne pas représenter. On se bouche le nez pour avaler.

Le Credo dit: il ne s'agit pas de croire - de penser, mais d'agir intérieurement par ces actes qui sont le refoulement systématique de telles choses, la réitération d'autres etc. etc.,  et faire ces actes intérieurs n'a rien d'impossible...


Date de création : 20-04-2003