<- CNRS 4, p. 145

CNRS 4, p. 146

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 147 Index des Cahiers

$

Un homme emporté ne voit plus que des aliments de colère. Un militaire ne voit dans ce pays que des chemins et des abris.

Le point de vue est de fixer en soi-même ce qui demeurera excitable et ce qui demeurera inexcitable (entre certaines limites.)

Donc, il est avant tout une discrimination entre ce qui sera visible et ce qui ne devra l'être.

De plus entre tous les objets de la classe visible - développande - existent des relations, et ces relations se réfèrent à une seule chose qui est une position - une attitude - une accommodation. C'est en quelque sorte = l'opération par rapport à laquelle les relations ou choses considérées forment un groupe.

Point de vue. C'est arrêter la ou les fonctions qui seront exclusivement éveillées par certaines des perceptions données.

Un point de vue au sens propre, est la détermination des distances apparentes, des dimensions perspectives, des alignements des objets.  Relation réciproque et univoque entre un point et ces valeurs.

*

Le raisonnement est un usage d'intuitions qui ne sont celles représentatives, mais celles des fonctions qui entrent dans la représentation. Parmi ces fonctions nécessaires à la représentation, il en est qui ne dépendent pas d'elles mais lui sont nécessairement liées néanmoins.  Ainsi la représentation d'une chose rouge entraîne des intuitions qui équivalent à une définition de la couleur en général, c'est-à-dire une intuition vague du groupe dont le rouge fait partie.

Le raisonnement nécessite l'intuition du procédé suivant lequel les représentations se composent, se décomposent en fractions capables de relations irrationnelles.

Ces fonctions dont le raisonnement est l'usage sont en correspondance non symétrique avec les représentations. Si elles sont données la représentation n'est pas donnée, mais si la représentation est donnée, elles sont données.


Date de création : 20-04-2003