<- CNRS 4, p. 144

CNRS 4, p. 145

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 146 Index des Cahiers

$

Antinomies verbales à dissiper.

Le sommeil semble plus libre que la veille. Mais ici on vise la naïveté, la simplicité des interprétations pendant le sommeil.

La veille est plus libre que le sommeil, en ce sens que l'on n'y est pas assujetti à des pressions du même ordre et que l'on peut croire que l'on réagit directement contre l'action - au lieu de réagir en masse contre une action indéterminée..  En veille toute action est répondue d'abord par une détermination - localisation - estimation - et puis traitée selon cette spécification.

*

--> Remarque à propos du "Mon corps" que ce corps singulier s'oppose (en apparence, bien entendu) à la multiplicité changeante située à son extérieur - (le monde visible) et mêmement à son intérieur la pensée.

La notion de mon corps semble constante dans la variation des choses, et comme une référence commune.

Le monde extérieur est une production située autour de ce corps.

Ce fameux corps dont je fais si grand état - qu'est-ce - et comment peut-on l'oublier?

Grossièrement = c'est-à-dire ici trop finement - je le regarderais comme la forme et la représentation de l'équation du présent.

Cette notion se fait automatiquement dans le premier âge - --

 

Le corps (ordinaire) ce monde caché, capital pour "Moi" et dont je ne suis informé que si mal. Lié à ce système caché et incompréhensible - que je ne crois comprendre que par des assimilations à des machines ou à des esprits - suspendu à des modifications incessantes dont la plupart ont lieu dans un ordre de petitesse inconcevable - dans ce qui est insensible pour moi. Mon existence consistant dans ces insensibles et imperceptibles et insignifiantes transactions....

-->  Huysmans est mort hier, 12 mai 1907 <--


Date de création : 20-04-2003