<- CNRS 4, p. 136

CNRS 4, p. 137

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 138 Index des Cahiers


$

De même que poésie ou littérature sont proprement des extensions de formes consacrées d'abord à des relations objectives - pour en faire l'instrument d'expression de relations subjectives [[ Aj. marg. g.:régression ]] (beaucoup plus étendues, retenant presque seulement la simultanéité - ) de même que le rêveur, plus profondément, utilise des représentations très sensées pour ses combinaisons insensées - et conserve de la veille ou du bon sens, les éléments et celles des relations qui suffisent à lier les choses par mon esprit   et non celles nécessaires pour que mon corps  les relie aussi - (celles nécessitant la présence de l'objet référence: corps).

Pour démontrer tout ceci, il suffit de faire appel à la musique. Tandis que la proposition logique - linguistique - a toujours un but représentatif - c'est-à-dire un appel à mémoire et modèle, la musique est capable de former des systèmes complets d'impressions actuelles.

*

Il faut rejeter les mots "fini et infini". L'espace n'est ni fini ni infini. Dire un espace fini c'est-à-dire espace + quelque chose.

*

Le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyennes. Il ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés.

*

Croyance. Si mon esprit de quelque façon qu'il soit sollicité ne peut absolument produire un objet une idée - dont la traduction exacte soit une proposition donnée il est impossible que je croie véritablement cette proposition.



Date de création : 20-04-2003