<- CNRS 4, p. 132

CNRS 4, p. 133

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 134 Index des Cahiers


$

A une "idée" donnée A je puis faire correspondre une B. Cette transformation sera - association, métaphore, abréviation complémentaire, symétrique, etc.

Supposons ces transformations diverses analysées, classées etc. Alors les formes qui définissent ces transformations étant comparées entre elles, on verra qu'elles contiennent des termes qui peuvent ne pas figurer dans A ni B explicitement.

Ainsi si B provient de A à la suite d'une répétition de A, B ne portera pas de trace de la répétition.

*

)Toutes les fois que tu vois des points, tu vois des droites et mêmes des courbes. Toutes les fois que tu vois des couleurs tu vois complémentaires et valeurs voisines. Toutes les fois que tu entends une proposition, tu entends la contradictoire, la symétrique, la restante, l'également possible, etc. Tout son éveille le monde des sons, et toute couleur le groupe des couleurs.

Du moins, tu peux apercevoir cette extension qui est naturelle mais le plus souvent murmurée: agissante mais imperceptible.

Cette solidarité qui fait qu'un élément donné détermine tout son groupe et qu'il n'est pas d'élément isolé de son groupe de l'ordre des éléments dans le groupe est un fait général.

En poussant l'inspection plus avant, on reconnaît que à partir d'un élément, tout le groupe se dévide régulièrement par des opérations uniformes, ou plutôt se déviderait si ce retentissement ne s'amortissait très rapidement par la diminution de l'intensité et la concurrence.

On pourrait imaginer un individu, lequel pensant une certaine phrase ressentirait complètement ce processus. Une impression initiale serait suivie dans son évolution assez loin pour voir toute l'inertie de la sensibilité. A chaque impression correspondrait pour lui un système complet de transformations ordonnées.



Date de création : 20-04-2003