<- CNRS 4, p. 131

CNRS 4, p. 132

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 133 Index des Cahiers


$

Idéal généralisé.

L'"Idéal" n'est pas une image, une sorte de statue bien définie dans un certain esprit

mais plutôt un ensemble de conditions - L'ensemble des conditions, peut-être, qui tireraient de moi le plus d'énergie, avec le moins de fatigue, la moindre sensation de limite etc.

*

Les mots: esprit, pensée, signifient une manière de voir ou d'entendre - d'agir etc. Si on y adjoint des sensations <"mon esprit" étant la commune manière dont je vois> organiques - on a "l'âme".

Les sentiments sont des correspondances entre sensations organiques et représentations. Certaines représentations peuvent donner naissance à des réflexes qui eux-mêmes reviennent sous forme de sensations organiques elles-mêmes agissant ensuite sur la représentation. On désigne souvent par sentiment une représentation qui par son mode d'entrée dans la conscience, et de propagation et d'installation semble plus importante qu'une image courante et prend la valeur d'une décision, divination, affirmation de la personnalité - comme si une partie cachée de moi se démasquait, authentique.

*

Il arrive toujours un moment où les produits de la pensée, l'activité mentale quelle qu'elle soit sont comme jugés dans leur ensemble par autre chose - c'est-à-dire abolis, renforcés, interrompus, reflétés, intensifiés, simplifiés etc. par autre chose qu'on appelle vulgairement réalité. Ces moments de contact, de choc, de résolution sont très rapprochés et empêchent la pensée de dégénérer en rêve.

Politique - responsabilité - Ordre - classement



Date de création : 20-04-2003