<- CNRS 4, p. 126

CNRS 4, p. 127

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 128 Index des Cahiers


 $

En somme chacune des phases - ou des états par lesquels passe l'humain peut se caractériser par des systèmes de correspondances.

Dans le rêve, tel système etc.

Les correspondances ont lieu entre fonctions - non entre objets.

Il s'agirait de construire tous les systèmes possibles.

L'idée naturelle est de supposer un 1er système le plus "délié", le plus libre, le plus désordonné. Si un tel système, on essaie de se le représenter réellement on le trouve inintelligible, mais ce qu'il importe de se représenter c'est sa structure et non sa figure.

*

Le temps [[ Aj. sup.: vulgaire ]]  nécessaire pour transformer un ordre quelconque en ordre déterminé est > que le temps pour la transformation inverse.

La notion de temps est homogène à la différence de ces 2 temps physiques.

*

En considérant le passé nous annulons nécessairement certains temps < physiques >. Nous ne repassons pas par tous les points ou bien les vitesses ont changé - car le présent alors était fait de choses extérieures et de réactions - mais maintenant il revient tout intérieur et les temps de réagir n'existent plus mais une suite d'un seul jet où les actions et les réactions ne se commandent plus les unes les autres, mais se suivent égales, tirées ensemble.

*

))Si un homme est considéré, à un moment, assiégé de sensations et impressions diverses - et si l'on suppose que toutes les intensités de ces actions viennent à changer?...Que de problèmes!((



Date de création : 20-04-2003