<- CNRS 4, p. 121

CNRS 4, p. 122

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 123 Index des Cahiers


$

Attention et grossissement.

De même que j'interpose la loupe entre l'oeil et l'objet pour distribuer la même lumière sur plus d'éléments de discernement de même je fais agir des fonctions extérieures aux objets de ma pensée (fonctions générales) pour distribuer à un plus grand et plus profond nombre d'éléments le même présent, la même présence. Je fais une présence artificielle qui comprend des éléments autres que les donnés et exclut quelques-uns des donnés.

Dans les deux cas, je trompe en quelque sorte l'accommodation naturelle.

Par la loupe, un point représenté par une surface (à cause de la discontinuité rétinienne).

Le travail de la pensée consiste à l'état le plus pur dans ...tâtonnements, coordinations, recherche de l'unité ou de la forme une contenant comme variables ce qui était donné indépendants et particuliers. Ainsi à faire satisfaire les données à des conditions - à ramener les valeurs distinctes d'une fonction à cette fonction même.

...Il y a une relation entre ces pratiques possibles et la vitesse - ou temps.

*

La plupart se jouent à la surface de leur nature.

Certains plongent tout nus. D'autres, scaphandres.



Date de création : 20-04-2003