<- CNRS 3, p. 284-285

CNRS 3, p. 285-287

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 287 Index des Cahiers

$

Je ne puis ni voir ni sentir ni me représenter quoi que ce soit sans quelque grandeur. Le vouloir, le faire, le percevoir ont leur grandeur chaque fois.

 

*

L'intellect ne peut saisir ce qui fait que 2 rouges sont deux rouges ou entrent dans la même espèce - car - cela est justement dû à ce qu'il ne connaît en rien c'est-à-dire à l'action extérieure sur les sens et à la loi des sens de redire les mêmes choses sous les mêmes excitations.

 

*

La théorie de l'évolution a cette bizarrerie: qu'elle résout les problèmes compliqués mais pas les simples -

...Je crois qu'une espèce peut se déformer mais non se transformer en une autre -

 

*

Les jeux

 

*

Le corps n'est connu que par l'esprit - ce qui veut dire que dans l'étendue de la connaissance, certaines liaisons particulières déterminent un groupe particulier = le corps - en d'autres mots - le corps est décomposable en éléments figurés ou sentis -- qui ne se distinguent pas un à un des éléments qui constituent le reste de la connaissance - Toutefois ces éléments paraissent en groupements, ils ont des situations relatives - des localités et des dépendances dans l'espace qui font un ensemble - un lieu particulier -

)) On ne peut transformer entre eux les éléments derniers de la connaissance. Comment fait-on du corps et de l'esprit des substances différentes? soit pour les laisser séparées, soit pour les confondre ensuite?

) Il n'y a pas de lois de la connaissance - mais seulement des groupes particuliers qu'elle contient. Les lois de l'esprit sont les lois d'un groupe particulier qu'on veut rapporter à toute la connaissance mais on est contraint de le considérer alors comme un objet dans la connaissance et de la connaissance - comme une possibilité entre une infinité de possibilités -( ou de liaisons. Les lois étant des coordinations de variables, selon des conditions particulières, - moins générales que le champ entier des variables - le réel extérieur étant un cas particulier donné - la science est affaire de réglage de coïncidence à obtenir et à maintenir.

De là haut - le réel, l'imaginaire, le possible, l'intelligible, le dicible, - le figuré et l'imitable, l'inimitable représentable, l'inexprimable, le changement la permanence, - le mobile et le moteur - le clair et le confus - le soupçonné, le doute ... sont des qualités relatives selon les coordinations effectuées - leur champ, leur degré -


Date de création : 20-04-2003