<- CNRS 4, p. 112

CNRS 4, p. 113

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 114 Index des Cahiers


$

La conscience (lucidité ordinaire, veille) est définie par ceci que nous percevons non seulement les termes correspondants, mais la correspondance elle-même et sa valeur.

))Le maximum de lucidité générale est obtenu lorsque nous faisons correspondre à toute pensée une autre pensée - le je pense - (la notion du "contenant") et que nous distinguons dans la pensée primitive ses composants par rapport à ce je pense (sensation, désir, image, représentation etc.)((

 (Mais cette lucidité est indépendante de la lucidité particulière netteté de la chose pensée --)

*

La distance n'est perçue que dans le simultané [[ Aj. sup.: relation entre 3 termes ]] réel <et le simultané> à parties dépendantes. Ferme les yeux et touche un objet d'une main et un autre de l'autre: pas de distance - avec un seul doigt explore un corps. Tu es contraint de faire un va et vient pour apprécier les distances. Et encore regarde l'objet devant toi et l'objet derrière, sans t'arrêter aux intermédiaires visibles et tu ne saisiras aucune distance entre les deux.

*

Le savoir qui aboutit au prévoir sera source de misère mentale et d'exaspération. Car prévoir et devoir subir le prévu, ou bien prévoir et attendre le prévu, ce sont des supplices. La prévision est incompatible avec la vie. Personne ne veut prévoir et on n'use de prévision raisonnable qu'avec modération. Vivre d'avance dévore. L'avenir est un poison. Et caetera.

*

Trouver le genre d'intuition qui permettrait de voir en psychologie.

*

Cryptographie, chaque mot déterminé par rime - nombre de lettres et indice.



Date de création : 20-04-2003