<- CNRS 4, p. 107

CNRS 4, p. 108

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 109 Index des Cahiers


$

Dans beaucoup de cas (et particulièrement pour la distinction psi phi) parce que les mêmes conditions générales étant exigées - tantôt les conditions sont remplies d'une façon, tantôt d'une autre, tantôt elles sont comme données - tantôt on -je- tente, je tends à les accomplir.

Une chose purement spirituelle est telle que son existence, ses qualités, sa disposition, ses modifications sont comme indépendantes d'elle. Si je pense à un corps dur, cette dureté demeure ma propriété.

*

Penser veut dire:

Tels phénomènes (quels qu'ils soient) sont en relation avec tels autres phénomènes d'une nature entièrement différente, nettement différente de celle des 1ers et non quelconques.

Des phénomènes constants d'un système A sont une relation avec des phénomènes quelconques et variables d'un système B. Ils sont observés du même coup, indivisément et se séparent, se distinguent par la succession des coups.

 

Optique.

L'être est contenu dans la pensée

Le passé est contenu dans le présent.

Le présent est ce qui est entièrement déterminé quant à moi tout entier.

Ce qui est présent c'est ce qui me détermine tout entier,                         c'est l'ensemble de ma détermination.

*

Conditions "suffisantes". Les conditions de passage sont relatives à l'état. Pour penser, il suffit que dans l'état A les éléments fournis me permettent de passer de a en b (a et b phénomènes).

Mais si j'y reviens, étant dans l'état B, ces éléments peuvent être insuffisants.

Par exemple, Maintenant je puis passer sans approfondir --> à gué <-- . Le désir d'approfondir absent, je circule. Mais, demain si je veux approfondir, il faudra trouver l'incohérence.

Ici se trouve un point très remarquable.

Logique, psychologie, états, formes et significations se rencontrent ici.

En général le passage (ab) est effectué magiquement

c'est-à-dire sans nécessité visible, au moyen de facteurs cachés [[ Renv.: mais on peut essayer de les mettre en évidence. Alors le passage prend la forme ou d'une élimination ou d'une transformation ]]

*

Dans la surprise c'est l'état qui est bouleversé, car le phénomène par lui-même n'est pas plus incohérent avec le précédent que dans une suite ordinaire.



Date de création : 20-04-2003