<- CNRS 4, p. 101

CNRS 4, p. 102

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 103 Index des Cahiers


$

Croire, supprimer - je ne sais comment - la différence entre la vision mentale d'un objet et celle physique et jusqu'à la différence, même, entre le sens d'une parole désignant un objet bien déterminé et celle désignant un X.

A vu dans mon Monde singulier Þ B vu dans le Monde commun c'est-à-dire telles fonctions peuvent indifféremment être excitées et manoeuvrées par A singulier comme par B commun.

L'inverse du croire c'est donner aux choses physiques la liberté des choses psychiques.

Dans le rêve, les choses psychiques semblent physiques et sont crues, mais gardent leur incrédibilité.

Rêver, c'est croire sans choix, sans motif, négativement, c'est croire par l'impossibilité latente de douter -

parce que j'ai fait le

parce que je n'ai pas fait   

croyance artificielle dans rêve.

*

La "Nature" est un ensemble indéfini de cas particuliers une infinité de singularités - d'exceptions, de dissemblances, de circonstances sans pareilles.

*

Cloclo:

Avant j'étais petit.

Ma tête m'allait là.

(il montre sa poitrine) Maintenant je suis grand. Elle est montée jusqu'en haut!

          ----

Et puis je lui dis de s'en aller, il me dérange.

"Tu ne peux pas travailler et me raconter des histoires en même temps?

- Mais non.

- Mais un papa électrique, ça pourrait?

 

Comprendre c'est répéter, ou reproduire la chose comme ma propriété et comme faite de mes pouvoirs.

C'est de la mémoire réorganisée.

Ce qui implique une correspondance entre le multiple et l'un.

Le moi étant généralement l'un.



Date de création : 20-04-2003