<- CNRS 4, p. 100

CNRS 4, p. 101

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 102 Index des Cahiers


$

Les principes premiers de la science - ceux qui précèdent définitions et axiomes - ne seraient-ils pas des intuitions d'une forme particulière et les noms indéfinissables de ces intuitions?

Ces principes ont ce caractère remarquable d'être et d'agir sans devenir conscients chez la plupart des hommes - Je veux dire de )) pouvoir agir sans se montrer et aussi de pouvoir devenir, par effort ou par chance, visibles (( - quoiqu'ils demeurent toujours difficilement exprimables ou d'une expression toujours vague et indéterminée.

*

Il y a de grandes lumières cachées dans ces remarques sur l'utilité de la réflexion, son usage arbitraire, ce pouvoir de tirer au jour opposé à la visibilité immédiate..Mais je ne sais pas débrouiller tout cela. Il y a dans notre esprit de l'explicite, de l'implicite et du toujours caché.

Le point est que ce qui est ainsi "accouché" rejoint ce qui fut donné. Le résultat du travail nul est dans le même groupe que le résultat du labeur ou de la fortune. Le profond est devenu superficiel. La relation est devenue opération.

*

En d'autres termes la signification des faits mentaux est provisoire, instable, <insuffisante>, relation entre des choses généralement cachées et même toujours cachées, purement actuelle.

Ou bien, alternative, on peut dire que le fait mental lui-même n'est qu'un instrument insuffisant par soi-même.

*

Du crime dans les sociétés d'animaux.Assassinat de la reine des abeilles. Extermination des mâles.

*

Je ne suis rien si je ne suis que...moi.



Date de création : 20-04-2003