<- CNRS 4, p. 96

CNRS 4, p. 97

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 98 Index des Cahiers


$

Il n'y a pas de parole intérieure (sauf celles qui sont au voisinage de l'hallucination de l'ouïe) qui ne s'accompagne de mouvements ou de changements dans la langue et le larynx - changements imperceptibles de pression et de situation, ombres des articulations, esquisse des modes de respirer que le parler entraîne.62

Si on supprime ces efforts et ces contentions - la parole intérieure est abolie ou devient non moi hallucinatoire (Exemple a fortiori - le chant intérieur).

Celui qui pense par phrases est plus verbal que celui qui pense par mots (en considérant la phrase comme l'inconnue à trouver ensuite - ou la relation comme implicite). Le 1er fausse davantage sa vraie pensée. L'éloquence gâte l'observation intérieure et introduit naturellement des impuretés, des conditions infidèles.

*

Composition des organes -oeil - paupière, tête, pour parler.

*

La pensée nous est connue par ces contradictions et nous la divisons en autant de modes qu'il y a de telles contradictions possibles. Images. Parole intérieure - velléités etc.

Lorsque une fonction simple nous semble avoir 2 déterminations, 2 valeurs simultanées distinctes, l'une est attribuée à la "pensée" par définition l'autre au reste extérieur.

*

Un régime politique est mauvais lorsque des mesures justes, pratiques, bonnes pour la vitalité du pays sont capables de porter atteinte à la solidité du régime.

*

Les yeux du chat qui lui sont nécessaires pour sa subsistance, par surcroît, le forcent de voir les étoiles dont il n'a que faire.

*

Un printemps si léger que je crois me survivre.



Date de création : 20-04-2003