<- CNRS 3, p. 282-283

CNRS 3, p. 283-284

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 284-285 Index des Cahiers

$

Ni physiologie - masses cachées - ni langage vulgaire.

*

Les abstractions ou variables vraies se voient par les modifications que subit une image selon des restrictions.

Ainsi: image, changement, restrictions.

(Le temps résulte de certaines restrictions imposées aux changements -)

*

J'imagine un rectangle - je l'allonge - je suppose les rectangles successifs tirés du 1er au moyen d'une image motrice - je maintiens sa hauteur = K, c'est une restriction - Alors je perçois cette motion liée à l'allongement et indépendante de la hauteur..

 *

 

Le devoir de la psychologie est de préparer à l'état le plus pur, les éléments derniers de toute connaissance - Ces éléments derniers sont ceux qui ne se peuvent plus analyser qu'irrationnellement c'est-à-dire auxquels on ne peut substituer que des images et des notions parallèles coïncidentes mais non capables de recomposer les proposés.

 

*

Les sensations ont pour nature de m'avertir de faire et de ce qu'il faut faire - Elles sont intermédiaires entre moi et moi, entre moi prochain et moi présent - Les sens sont d'autant plus nombreux et plus étendus que l'être est plus divers et plus doué de possibles - L'être ne peut normalement se donner des sensations que par un intermédiaire musculaire approprié. La pensée ne va à la sensation que par des mouvements - et ne peut en improviser directement. -

*

Incohérence et coordination.

*

De même que l'acuité de la souffrance ne correspond pas exactement avec l'importance de la partie lésée


Date de création : 20-04-2003