<- CNRS 4, p. 93

CNRS 4, p. 94

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 95 Index des Cahiers


$

Nous disons d'une chose qu'elle sent, qu'elle pense -ou non suivant que nous pouvons oui ou non nous substituer à elle

Le sentiment et la pensée sont notre "point de vue".

C'est un point qui est inverse ou réciproque de l'existence des objets.

[Croquis]

*

Cogito ergo es.

Tout l'effort historique pour séparer la connaissance de son objet revient à substituer aux objets ordinaires des objets singuliers, puis des objets non seulement singuliers mais ne ressemblant à aucun, uniques, informes, accompagnés parfois de curieuses modifications physiques.

...Poussant à bout la vision intérieure que finit-on par trouver? Je crois qu'on trouve seulement des éléments de fonctions simples. Luminosité, formes de grandeur, sensations de l'indétermination, de la non-quantité dans des domaines ou grandeurs sans bornes figurées, mais bornées et combinées ou changées d'autre part par les conditions formelles.

Car la quantité explicite est toujours due à l'intervention de fonctions autres que la fonction mesurée. Tout continu suppose le discontinu et réciproquement.

Ce qui est particulier 60  est ce qui est connu en quantité et en qualité. Le général est la qualité pure ou la "forme" groupement de qualités.

La quantité est le discontinu.

Le continu est la non-quantité; et l'affirmation du géomètre que dans le segment A il y a autant de points que dans le segment A,BA etc. revient à dire que le point est une notion indépendante de la quantité.

<Le tracement> Les arrêts ou coupures ne sont jamais déterminées par le tracement. Tout continu est, au fond, infini ou fermé.

*

La connaissance très intérieure est <l'excitation>

*

[Croquis]

Psychologie selon les quantités

   Tout ce qui présente une intensité.

*

A l'ordinaire nous pensons par des exemples. Les relations si difficilement séparables et exprimables, nous nous en servons tout le temps, habilement et au moyen d'images - exemples. Les abstractions du langage ordinaire sont obtenues comme des invariants d'exemples. Nous voyons et nous entendons les phases d'un raisonnement comme si ce processus logique était une histoire ou un drame; et la nécessité formelle est remplacée devant nos yeux internes, par des faits, des événements, des expériences apparentes.

L'intuition, ici l'image guidée dans ses transformations par autre chose que le souvenir, par le mouvement du groupe du possible.



Date de création : 20-04-2003