<- CNRS 4, p. 89

CNRS 4, p. 90

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 91 Index des Cahiers


$

      Pour qu'il y ait mélodie il faut d'abord que l'intervalle entre les sons soit < ð. Si ð tend vers 0 on a un simultané - un accord. Ici le simultané est la limite où tend une succession et la succession est la limite où tend la dissémination, les unités séparées.

*

Cet intervalle significatif ð est la preuve de la composition.

Paradoxe. Entendre une mélodie dont les notes soient espacées de 10 minutes. Donc n'y pas trouver de mélodie.

Mais la retrouver dans un souvenir rapide de cette époque, qui rapproche les notes.

La retrouver sans l'avoir trouvée. Impossible mais drôle. Je dis impossible sans en être sûr.

Cette nécessité (de i < ð) est comparable à l'accommodation car la relation entre les notes n'est que la détermination d'une tierce fonction au moyen des impressions distinctes reçues.

 

Observe que les intervalles étant < ð cela ne suffit pas pour la mélodie. Il faut de plus que les valeurs (ou hauteurs) des sons étant indépendantes de la position (en principe) nous puissions cependant trouver une relation entre ces 2 facteurs

hn = phi (n) et hn-hn-1= f(n)

Cette relation est extérieure au monde des sons, attitudes, etc.., suggérées par une simple coïncidence organique (v. infra les consonnes). Mais la musique donne aussi les antécédents de cette attitude et ses conséquents. Il y a des notes de préparation, de transition, des notes pour exciter l'attention en général, pour endormir les soupçons du soupçonneux distrait qui est l'auditeur, d'autres pour tenir lieu de que l'auteur n'a pas trouvé nettement, pour lier sans rigueur deux idées.

[Croquis]

ts st

 

Ordre dérivé de la sensibilité. Diversité - sens - groupes et sous-groupes.

 

Toute pensée en tant que telle et rien que telle et jamais comme vérité mais comme être, état d'un être - phénomène.

Nulle pensée véritable par soi-même. Car il n'est d'évidence, de foi, ni de certitude, de force communicante, d'envahissement ni de coïncidence qui ne soit contenue dans un plus grand monde, obscure sur ses bords, cachée dans sa source et seulement partie d'un système.

*

Le verbe être n'est pas relation entre des significations mais entre des classes logiques. Il n'est pas dans l'objet à exprimer mais dans le mécanisme et les conventions d'expression.



Date de création : 20-04-2003