<- CNRS 4, p. 87

CNRS 4, p. 88

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 89 Index des Cahiers


$

 

Définissons ici comme élément de temps quelque chose qui est déterminé par 2 phénomènes distincts A B et tel que le phénomène B soit donné comme substitution du phénomène A, c'est-à-dire que B annule A exactement.

Considérons un ensemble de phénomènes distincts

MPQRS...ATU... B..Z...

Ces phénomènes peuvent se grouper par couples qui s'annulent à chaque élément correspond l'élément qui l'annule.

Alors si on remplace ces couples par un seul signe il arrive que l'on ne peut ordonner la série des signes ainsi obtenus.

Si on veut conserver l'ordre initial, on dit alors que A subsiste et dure jusqu'à B. Cela signifie que T,U etc. ne détruisent pas le couple A B.

Si on a les couples Ab Bb Cb Db  A B C sont dits simultanés. [[ Aj. marg. g.: Dans l'attente c'est une partie de moi qui attend. ]]

*

Une suite donnée ou "naturelle" d'éléments se décompose en p suites de couples d'éléments qui en général sont incompatibles entre elles.

Mais quelle que soit la structure de ces suites mêlées, toute coupure de l'une est aussi coupure de toutes les autres - par quoi le temps a 1 dimension. Un événement quelconque divise la connaissance en deux parties. A chaque événement correspondent deux classes.

*

Soient 2 objets A et B. Donner ensemble [[ Var. sup.: liés ]] ces objets c'est instituer une relation R (AB) ou A r B ou encore

       A =  (B)  B =  '(A)

Si  =  ' ou a un simultané

Si  =/  ' on a une succession.

 

Si  =  ' on admettra que tous les AB. - B qui satisfont à cette forme forment un groupe.

)Mais c'est le point délicat et curieux, il y a des ensembles qui peuvent être considérés soit comme simultanés soit comme successifs suivant la manière et la possibilité d'apercevoir les relations(

A un ensemble

*

Les Sociétés périssent par la fin de leurs instincts.

Elles suivent le sort de leurs instincts.



Date de création : 20-04-2003