<- CNRS 4, p. 81

CNRS 4, p. 82

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 83 Index des Cahiers


$

Essaye, une fois au moins, de te représenter l'état d'un esprit en tenant compte de la multiplicité des éléments, de celle des phases, de celle des variations lentes ou rapides - de la connexion croissante. etc. etc. il y a aussi des périodicités très larges, très peu perceptibles, des oublis fonctionnels, que sais-je? --

[Croquis]

 

Certains cas de fausse mémoire montrent que des liaisons du genre mémoire peuvent se former sans qu'une réalité primitive les ait formées ou données. L'association souvenir n'est donc pas essentiellement créée par le passé connu, pas plus que l'impression lumineuse n'est essentiellement due à la perturbation de l'éther. Mais la fonction s'exerce dès que certaines conditions sont remplies de même que la sonnerie peut vibrer soit de par mon doigt sur le bouton, soit qu'un orage l'excite.

Ainsi, non seulement l'excitation du souvenir, son entrée en scène, mais encore sa formation n'ont d'autres signification qu'une action suffisante sur une certaine fonction. Il ne faut donc pas définir la mémoire par le passé qui d'ailleurs l'implique mais dire qu'elle est une liaison de forme particulière.

 

Mémoire - permanence d'effets dont les conditions ont disparu. Substitution d'une cause à une autre dans la production d'un effet.

 

[Croquis.]

 

Nous découvrons peu à peu nos propriétés par des expériences particulières.

Et d'autre part la mémoire est la transformation d'événements particuliers en propriétés c'est-à-dire que ces événements désormais obéiront à quelque chose que je transporte avec moi.

 

 

[Croquis.]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Date de création : 20-04-2003