<- CNRS 4, p. 74

CNRS 4, p. 75

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 76 Index des Cahiers


$

A chaque instant, la pensée touche [[ . Var. sup.: fait allusion ]] à tout le reste du temps.

Tout le temps est en puissance dans le cerveau - dans le système pensant.

*

Tous les systèmes physiques sont considérés au repos et nous ne savons pas les considérer en changement.

Mais tout système que nous considérons ainsi cesse par ce fait même de pouvoir représenter "l'esprit" - Dans ce genre tout ce qui nous fixe nous trompe.

Une représentation ne peut être assimilée à un "système" et un état ni une suite d'états encore moins.

            --------

Comparaison de la vigueur du passé et de celle du présent.

                  *

Le doute est un fait formel auquel on donne couramment une application significative.

            ------

Comme une balle de plomb abandonnée sur la cire, chemine [[ . Var. sup.: tombe ]] très lentement par son poids à travers la plastique matière, une idée se fait pendant des mois son expression nette - mûrit comme l'on dit.

C'est une relation qui se simplifie, s'étend, se complète, se rend autonome et s'il faut du temps pour cela et si même ce temps peut être abrégé par une forte méditation...

            --------   

O propriété étrange de la pensée de faire et de reconnaître imparfaitement, incomplètement, généralement: mouvements sans corps mobiles -, attitudes sans homme, paroles sans signification et choses inexprimables,  volontés sans objets, désirs en soi --

existence de mon fonctionnement.

                  *

Mémoire partielle

dirigée d'un seul tenant           d'excitation.

La mémoire est comme due à la formation continuelle par les circonstances multiples extérieures (au sens génération) d'une machine ou plutôt d'un mécanisme intérieur. Le retour des choses implique un mécanisme.

L'état postérieur Y ne détruit l'état antérieur qu'actuellement -  DR -

Mais peut-être l'état Y1  se détruit de lui-même? (excepté surprise - qui aurait lieu si vitesse d'installation de Y2 plus grande que vitesse de destruction de Y1 ).

            --------

Reprendre l'idée de la pluralité d'existence d'un même mot - ici libre, là dans un poème - est-ce le même mot?

            --------

La netteté d'une idée est-elle une fonction uniforme des composants de cette idée? Ou les mêmes composants peuvent-ils donner plusieurs idées nettes distinctes?



Date de création : 20-04-2003