<- CNRS 4, p. 66

CNRS 4, p. 67

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 68 Index des Cahiers


$

La liberté est le passage de la puissance à l'acte par une suite d'états d'équilibre entre le pouvoir moteur et le pouvoir d'arrêt jusqu'au seuil de l'acte et de l'irréversible.

Tant que les fonctions en présence peuvent être maintenues indépendantes et présentes.

Dans le rêve l'indépendance des fonctions est instable, continûment abolie.

*

Ma pensée n'est significative, appropriée, adaptée, ordonnable intrinsèquement, que d'un côté, par un point, sous un seul angle. Sous tous les autres rapports, elle est tout autre.

*

A la consonne correspond un état musculaire lequel lui-même peut être parfois à peu près déterminé - d'autre part - par un certain réflexe répondant à telle impression. Cet état musculaire commun sert de lien et on attribue à la consonne un sens conforme à l'impression.

Ainsi S N déforme ma bouche et mes narines, leur donnant à peu près l'attitude provoquée par une odeur suspecte. Donc, S N éveillera l'idée de suspicion, de dégoût.

            S N = telles vibrations = attitude musculaire.

G dur = engloutissement.

S F = dissémination, écart, privation, extension,                      expansion         G L = continuité superficielle

                        G R = profondeur

S Q = dégoût                 S T= inertie etc.

Il est remarquable par ces analyses que les vrais centres ou moments de transformation et de relation soient cachés - et toujours ex-conscients.

Si la vue de l'objet provoque un dégoût, je ne sais jamais le lien - et mes recherches ne donnent que des objets et pas de dégoût, ou bien elles ne donnent que les effets de ce dégoût.

 

Prendre donc toutes les portions déformables et sensibles de l'appareil phonique et essayer de noter les sensations dues au fonctionnement en regard de leur origine ou demande. Comparer cette table à celle des consonnes et des groupes de consonnes. Le principe élémentaire étant: qu'un même fonctionnement d'un même appareil peut être excité par des excitations d'origine différente etc. etc. -

langue, gorge, livres, joues, souffles.

 

Il faut dire correctement : G L (par exemple) nécessite une action musculaire qui donne telle impression en retour, I. Or, I et l'attitude correspondante serait prise si telle circonstance se produisait A. D'où G L correspond à A par rapport à I.



Date de création : 20-04-2003