<- CNRS 4, p. 62

CNRS 4, p. 63

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 64 Index des Cahiers


$

Nous voyons les choses à leur propre lumière. Ce son que j'ouïs, est partie de l'excitation que le déchaîne, l'autre partie excitant le reste et l'ensemble faisant la conscience d'un son. S'il n'y avait qu'un point, ou le sens, d'excité, rien ne serait et s'il n'y avait que le reste, ce reste n'aurait pas d'objet.

La sensibilité est la séparation ou segmentation de la variation ou chose x en

*

Accroissement de la demande par la réponse

à méditer -

type plaisir -

conscience abolie par plaisir ou douleur. Plaisir et douleur ne sont que des parties, des chaînons.

                  *

De petits mouvements font un son continu quand ils sont assez vite.

C'est qu'il y a en moi quelque chose d'une vitesse moindre.

Sensibilité mode de connexion occasionnel pour surmonter des résistances intérieures.

Faite pour me contraindre.

                  *

Notre "temps" cette notion est celle de la gêne mutuelle que se causent deux fonctions ou systèmes de fonctions qui évoluent. (En opposant temps à évolution).

2 choses sont simultanées quand leurs évolutions ne se gênant pas (quand je puis les faire évoluer séparément, sans apercevoir l'une dans l'évolution de l'autre).

Il faut considérer choses et évolution comme fonctions.

*

Sensibilité et grandeur. Discontinuité -

Sensibilité potentielle.

*

M. d'E[stournelles] me dit passer toutes ses nuits dans son enfance.



Date de création : 20-04-2003