<- CNRS 4, p. 57

CNRS 4, p. 58

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 59 Index des Cahiers


$

Sur la Musique et Wagner. [[ . Aj. marg. d.: La Musique - sa demi-compréhension - son indéterminé comparable à l'impression que donne un tapis persan au dessin compliqué - dessin que je ne saisis pas nettement - même jouissant du tapis. ]]

Prenez un musicien virtuose - critique etc.

 Interrogez-le s'il perçoit la nécessité de tel développement, pourquoi finit à ce point le concerto? Et quoi commande cette suite, ce retour, ces similitudes, ces transformations réglées,  cette rupture etc. N'a-t-il pas l'impression de pouvoir supprimer ces dix pages?  Et que dit-il, disant qu'il comprend le morceau? - Quelle nécessité - etc.

On lui montre ainsi qu'il n'y comprend presque rien. Comprendre une pièce de musique - c'est fournir de quoi la déterminer entièrement - car étant un développement toujours partiel, il faut y ajouter le reste de l'homme et ces additions se doivent enchaîner entre elles - -

 

.. Mais la musique, telle qu'elle est constituée maintenant dans sa puissance physique et sa liberté, sera peut-être aux mains de quelque grand individu, le moyen par excellence d'expression pure, elle qui permet de simuler et imposer tout ce que la littérature ne peut que désigner, toutes les feintes et les démarches réelles du penser, retours, symétries, tendances vers - durées nulles, absences, spontanéité, attentes, surprises, niaiseries, éclairs.

Non plus une illustration ni même un rendez-vous technique de moments où l'on brille et d'impasses mais tout ce qui se sent, et se meut intérieurement, moins les objets, rien que leurs effets; synthèse [illis.]

Ce que Wagner a pressenti, et qu'il eût vu, qu'il eût fait si la folie de la gloire du Théâtre et la déduction inutile des grandeurs artificielles ne l'eussent détourné de son meilleur pouvoir ---

*

Je transporte tant d'énigmes dont le plus grand nombre me sont imperceptibles, moi qui trouve à grand peine quelques nouvelles difficultés, que si je parle de moi c'est par impuissance, par confusion de choses, pour éviter en apparence la contradiction, et ne pas dire: Cet objet qui n'est pas un objet - Cet être qui n'est pas.

*

Un grand coup, une grande lumière, un grand changement font se fermer toutes les petites feuilles de la conscience.



Date de création : 20-04-2003