<- CNRS 4, p. 56

CNRS 4, p. 57

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 58 Index des Cahiers


$

Parfois les idées s'enchaînent par un lien singulier.

Ainsi une idée A, produit sur tout moi-même, en se montrant, un effet général AUQUEL je réponds, m'oppose ou m'associe par des idées B.

*

Il y a autant de degrés dans la force et la netteté des idées qu'il y a d'effets possibles et distincts d'une idée, différents de cette idée.

Le degré de conscience --

*

La supériorité de l'homme est due à ses pensées inutiles --

*

Faire ce petit homme -- espèce - hérédité - entropie croissante, milieu etc.  - où les accrocher.

*

A tout objet connu, correspond non seulement un ensemble de sensations mais aussi une forme que je prends et qui n'est pas directement perçue . (Je ne perçois pas que mon oeil se déforme ). Cette déformation est capable de continuité entre des limites qui sont le zéro et le net.

*

Naturel - c'est-à-dire ce qui sort d'un ensemble isolé, fini de conditions - le système pouvant repasser par un même état ou moyen (s'il est nécessaire) de forces extérieures finies.

*

      µ  La foi est la force de faire le vrai.

*

Meubles, tableaux, les objets dormants ou pendus dans une maison sont toujours le passé des habitants, ce qu'ils ne voient plus et qu'ils ont autrefois voulu voir toujours.



Date de création : 20-04-2003