<- CNRS 4, p. 47

CNRS 4, p. 48

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 49 Index des Cahiers


$

Peut-être l'association est-elle un procédé de complètement. Et si nous ne le voyons pas toujours c'est que nous ne voyons pas toujours nettement les associations mais seulement un terme?

Alors il s'agirait de définir ce complet qui serait relatif à un état général.

Ce qui est remarquable c'est que jamais (en dehors des relations rationnelles) le semblable n'associe le semblable. Ainsi de la musique ne fait pas penser à de la musique hors le cas de similitude ou transformation.

C'est que dans un état il n'y a pas en général de double.

)Et c'est pourquoi jamais une chose ne fais penser à elle-même car un état par définition ne comprend que des éléments fonctionnels uniques. Chaque fonction n'y entre que pour une seule valeur.(

 Chaque élément ne peut entrer que dans une seule combinaison et chaque combinaison est comme une unité - comme l'unique résultante d'un système de forces.

)La chose qui fait penser à une autre et cette autre chose sont essentiellement différentes. On pourrait même dire mémoire: A diffère de B lorsque A peut faire penser à B.(

*

D'une façon plus pure il faudrait dire: P et Q sont parties hétérogènes d'un certain tout (l'état) E.

Donc P et Q diffèrent suffisamment.                   Alors P étant donné ultérieurement, donne Q au moyen de E.

Théorème. I.  P ne peut pas donner P.

Théorème. II. E ne peut pas donner E ni E donner E' (autre tout).

La différence P,Q dans E résulte de ceci que chaque valeur d'une fonction dans un état, exclut toute autre valeur de la même fonction.



Date de création : 20-04-2003