<- CNRS 4, p. 37

CNRS 4, p. 38

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 39 Index des Cahiers


 

$

 

Dans le fond de chacun sont inscrits en énormes paroles ses Principes. Ce n'est pas qu'il les regarde toujours et souvent il ne les a jamais lus tout entiers. Mais il les respecte étroitement et tous ces mouvements intérieurs observent sans jamais faillir, ce qui est là écrit - quoi que la bouche puisse dire. Ni la pensée ni l'acte ne les enseignent. Là brillent l'orgueil, la faiblesse, la honte de couleur, la peur centrale, l'isolement et l'ignorance fondamentales de tout homme et la bêtise possible est toujours imminente.

Faible dans ce qu'il aime et fort à cause de ce qu'il aime.

 

*

 

Volonté - logique - suite.

Il faut

   deux domaines (et par suite, deux systèmes de conditions définissant chacun d'eux).

De plus une relation entre les deux et selon laquelle l'un (réel) B peut devenir conforme à l'autre (idéal) A c'est-à-dire que A et B sont regardés comme 2 valeurs possibles d'un même système réel.

On perçoit les deux et on constate la non conformité. Alors il peut arriver que A se fixe et une transformation x a lieu qui amène un changement de B - jusqu'à le conformer à A.

 

*

 

???Or vouloir c'est penser en actes nets  et on pense par des actes comme on parle par des paroles. La parole intérieure est au langage ce que la volonté est à l'action et en général celui qui a une volonté est à l'action. La différence entre ces deux états de fonctionnement peut essentiellement devenir infiniment petite.

Il y a volonté toutes les fois qu'une impulsion à agir une image d'action de moi est assez retardée pour être représentée avant son développement.



Date de création : 20-04-2003