<- CNRS 4, p. 23

CNRS 4, p. 24

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 25 Index des Cahiers


                       

$

Il est bien clair que des phénomènes tels que le sommeil ne peuvent être expliqués ni même exprimés par des moyens psychologiques. En combinant des faits de conscience on ne désignera jamais le sommeil.

...Toute la question est de combiner des lois d'allure et de forme bien différentes et de résoudre des problèmes comme: trouver le significatif d'un présent formel donnée?

Or ces problèmes nous les résolvons continuellement et le moyen le plus fréquent est la séparation en domaines.

L'élastique moi ??? le sont en apparence. [[ Aj. marg. d.: Un état mental apparent est toujours quelque chose de plus qu'un état mental ]]

*

Quelle est la probabilité pour que telle pensée soit précisément annulée par telle diversion? Evidemment indéterminée.

 

Cette même "connaissance" qui d'une part est résoluble en éléments [[ Aj. sup. : valeurs ]] de fonctions indépendantes momentanément liées entre elles. D'autre part se résout en une suite de transformations finies.

 

Nous résolvons continuellement le problème - le désaccord soit des représentations entre elles, soit des représentations et des forces et des sensations, mais la solution se fait tantôt au moyen d'une fonction tantôt par des coupures tantôt par des annulations, tantôt par des réflexes (rires, cris, mouvements).

 

Grossièrement: le contenant de la pensée suit un procès continu quoi qu'il admette des discontinuités en nombre fini, c'est-à-dire qu'un temps borné ne contient qu'un nombre fini de discontinuités.

Et le contenu de la pensée est au contraire un discontinu - un ensemble de significatifs divers.

 

Comme relation de ces 2 notions, il faut noter qu'une même représentation est susceptible de plusieurs prolongements, qui font d'elle selon le cas, un objet, une chose ou un signe ou un intermédiaire, un tout ou une partie, un fixe relatif ou un mobile etc.

et d'autre part une même forme peut contenir _ de représentations.

Une même sensation peut être un rien ou un quelque chose suivant les moments.



Date de création : 20-04-2003