<- CNRS 4, p. 22

CNRS 4, p. 23

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 24 Index des Cahiers


$

L'idée du moi - de l'éveil du percevoir est au fond de la nature d'une simultanéité, d'un parallélisme.

A [[ Aj. sup. : quel qu'il soit ]]  est donné et se divise en chose et en moi.

On écrira: A n'est pas la seule chose, il y a autre chose que A

ni M (n) n'est pas la seule chose.

Si A est la chose, alors M est moi.

A n'est pas moi.

Lors donc que l'on cherche le Moi on cherche exactement ce qui rigoureusement est autre chose que toute chose donnée, et cette notion recule devant toute chose possible. C'est un procédé de négations.

En d'autres termes, ce que nous percevons nettement du moi se réduit à l'idée de la limitation, de l'instabilité "profonde" de toute chose présente. L'espoir est une forme du moi naïve et mêmement son contraire.

*

Pour moi la sensation est un fonctionnement.

Je veux dire que l'agent extérieur se borne à permettre la sensation - à déterminer l'époque et l'intensité d'une action qui va de l'individu à lui-même et au moi comme un courant fermé. Sans cela on ne pourrait s'expliquer qu'il n'y ait pas d'état interne qui ne puisse être annulé par une sensation suffisamment intense.

 

Le comble du bonheur c'est de trouver le vrai-neuf, et ceci à proportion de la généralité de ce vrai et de la simplicité de ce neuf.

 

Un critique doit être l'homme qui garde sa liberté à l'égard d'une oeuvre.

 

) Le Monde extérieur se fermant sur lui-même. (

Rapproche de ceci la spécialité des fonctions et la multiplicité de leur excitabilité.

 

cf. les sensations aiguës, le coït, etc.

 

ici intensité est au sens de chaque E = I R en faisant allusion à la résistance de l'agent extérieur - robinet.

 

))Les agents extérieurs font varier les résistances de portion du circuit.((

 

On peut regarder le monde extérieur inconnu comme agissant sur nous par des actions infiniment petites, c'est-à-dire qu'il n'a peut-être sur nous, j'entends au point de vue du système sensitif - qu'une action de "stabilisation", ce que j'appelle intervention.

 

Le monde est inconnu, ne nous apporte pas de l'énergie par voie nerveuse. Il commande notre potentiel et se borne à mettre notre énergie à notre disposition.



Date de création : 20-04-2003